Tapisserie de Bayeux – Un nouveau musée en… 2023

Posté le : 04-12-2015 - Écrit par : - Dans la catégorie : Non classé
My Normandie - Tapisserie de Bayeux 1

Avec 400 000 visiteurs dont 65 % d’étrangers, le Musée de la Tapisserie de Bayeux est l’un des établissements les plus rentables de France. Pourtant, la Ville de Bayeux planche actuellement sur un projet de modernisation qui ne se limitera pas à un simple lifting.

70 m de long, 50 cm de haut, 400 000 visiteurs. Voici le portrait chiffré de la Tapisserie de Bayeux, auquel il faudra bientôt ajouter 20 millions. 20 millions d’euros, c’est en effet le budget évalué par la Ville de Bayeux pour transformer le Musée de la Tapisserie en véritable “centre de compréhension de l’Europe au Moyen Âge”. Inscrite au registre Mémoire du Monde de l’Unesco, la “Telle du Conquest” a été présentée pour la première fois lors de la dédicace solennelle de la cathédrale de Bayeux en 1077.

Commandée par l’évêque Odon pour relater la conquête de l’Angleterre par Guillaume, la Tapisserie a traversé miraculeusement près d’un millénaire, échappant à de nombreux périls (incendies, Révolution française, Débarquement de 1944…), mais aussi à l’hostilité du temps, de la poussière, des insectes et de la moisissure. Sa conservation est donc, en toute logique, la mission première de la Ville de Bayeux. Mais cette œuvre unique est également un document de première importance pour comprendre le Moyen Âge, et surtout un atout précieux pour le développement touristique de la région (soulignons que les visiteurs français comptent seulement pour 26 % de la fréquentation annuelle du musée).

 

10 ans pour une nouvelle scénographie

Avec une ouverture annoncée à l’horizon de 2023, l’échéance paraît forcement lointaine. Mais, par la nature même de la Tapisserie, le projet est complexe. À titre de comparaison, 10 ans, c’est à peu près le temps qu’il s’est écoulé entre la fermeture du Musée Baron Gérard et l’ouverture du MAHB. Philippe Gomont, maire de Bayeux, rappelle “qu’il s’agit pour l’heure d’un avant-projet et que les scénarios ne sont pas encore figés”. Néanmoins, il semble assuré que la Tapisserie ne quittera pas le bâtiment de l’ancien grand séminaire où elle est présentée depuis 1983. “Nous n’excluons pas la possibilité de construire une extension au musée actuel, car notre vœu est de placer le visiteur au centre de l’œuvre”. Faut-il comprendre que le dispositif de présentation prendra une nouvelle forme pour être visible d’un seul tenant ? Philippe Gomont entretient le mystère : “Cela dépendra, entre autres, de la configuration du musée et de la surface dont il disposera…” Autrement dit, de l’enveloppe budgétaire.

 

My Normandie - Tapisserie de Bayeux 3

 

My Normandie - Tapisserie de Bayeux 2