Un week-end dans le Perche

Département : Orne

Le Perche, c’est l’indicible beauté d’un bocage vallonné et surtout le charme d’une architecture très singulière qui n’appartient qu’à ce petit bout de Normandie ultime.  Mais la vraie star du pays, c’est bien sûr la longère. Avec la Goglinière, Fabrice et Anouck vous en offrent une réinterprétation très réussie.

Réglez votre GPS sur le village de La Rouge, quelque part entre Nogent-le-Rotrou et la Ferté-Bernard. Priez pour qu’il ne vous lâche pas en plein coeur de la forêt de Bellême à la tombée de la nuit, et roulez avec entrain sans vous hasarder par les chemins de traverse. Le Perche, c’est l’extrême limite de la Normandie, tellement au sud de l’Orne qu’on a déjà le sentiment d’être un peu ailleurs. Dans cette vieille province française, la question de l’identité et des frontières administratives est un peu futile. Ici, on est d’abord Percheron et ça ne se discute pas.

Maintenant, La Rouge est derrière-vous et le hameau de la Goglinière vous accueille. A l’origine, ces quelques habitations ne représentaient qu’une seule ferme, organisée autour de la mare qui a été préservée. A quelques pas, la longère et son bel enduit ocré ne dit encore rien de son histoire. Elle semble avoir l’éternité pour elle. Fabrice décrypte pour nous les lieux et la restauration de cette maison du XIXe siècle qu’il a achetée avec Anouck. Le dernier occupant était un cordonnier qui vivait dans deux pièces, atelier compris. Un autre temps…

Aujourd’hui, cette longère a été réinterprétée mais sans en dénaturer l’esprit. Au rez-de-chaussée, les volumes ont été ouverts pour réhabiliter l’étable en home cinéma. Les tomettes de terre cuite ont remplacé les carreaux de ciment. A l’étage, le grenier à grain s’est fait une beauté pour offrir trois chambres remarquablement intégrées, puisque Fabrice, passé maître dans la restauration du bâti ancien, a recréé des cloisons en colombages en réutilisant d’anciens chevrons de charpente en chêne. Le secret est là : dans le choix des matériaux et dans le respect des lieux. Pour Fabrice, il fallait redistribuer la maison pour la rendre habitable mais il n’était pas question de modifier les ouvertures. “On aurait défait l’harmonie des proportions, donc le charme.”

 

Matières nobles et meubles chinés

Pour la décoration, c’est encore la passion de Fabrice qui s’exprime. Esprit curieux, chineur averti, il n’a pas hésité à racheter une cuisinière en piteux état pour la restaurer à neuf. Pour la chambre du rez-de-chaussée qui ressemble à une cellule monacale avec ses hauts murs enduits à la chaux aérienne, Fabrice a construit une bibliothèque-tête de lit avec de simples caisses à pommes superposées. “C’est décalé et en même temps logique avec les lieux car nous avons une cidrerie toute proche.” Logique, économique, unique !

 

© Photos : S. Maurice/Mynormandie.fr

Informations pratiques
06 83 17 44 51
06 95 30 15 25
TARIFS

740 € la semaine

420 € le week-end.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Sur un terrain de 3 hectares

4 chambres • 10 personnes

Literie de 160, 140 et 90 cm