Aéroplume

Département : Manche

Approcher le rêve d’Icare, c’est possible et c’est dans la Manche grâce à l’heureuse rencontre entre l’inventeur Jean-Pierre David et les bénévoles du hangar d’Écausseville. Prenez place dans le harnais d’un Aéroplume et découvrez des sensations inconnues.

 

Difficile d’y croire avant de l’avoir vécu. Pourtant, sous cette immense voûte de béton qu’est le hangar d’Écausseville, l’engin est bien là. L’Aéroplume est pour l’instant maintenu à quelques centimètres du sol par des cordages et des mousquetons. La proéminence de son ballon le fait ressembler à un oeuf en suspension, allongé sur son flanc arrondi. Mais on le sent… ce ballon-là ne demande qu’à voler. Et vous, avec lui.

À peine passé le seuil du hangar, on est comme hypnotisé. Le regard se visse à l’Aéroplume. On est attiré vers lui comme par un étrange magnétisme. Arrivé à sa hauteur, on n’est pas encore tout à fait dans un autre monde. On perçoit toujours les mots de l’équipe qui nous accueille. Heureusement. Si le joli rêve ne demande qu’à se concrétiser, pratiquer l’Aéroplume nécessite d’assimiler quelques règles.

 

Rien de compliqué, rassurez-vous ! Orienter le ballon de 11 m de long et ses 130 m3 de toile gonflés à l’hélium demande tout d’abord un peu d’effort physique. Donc, première nécessité : s’échauffer. Épaules, poignets, nuque. Quelques minutes de patience encore. Avant de s’allonger dans la nacelle où l’on prend corps avec le ballon, le moniteur – qui ne vous lâchera pas d’un fil pendant les 20 mn de vol – se doit aussi de prodiguer les instructions pour diriger l’Aéroplume.

On découvre très vite que battre des ailes, ça ne se passe pas sans l’élégance du geste. Le mouvement est tout en douceur et tout en rondeur. On le comparera davantage au jeu d’une rame dans l’eau. On godille dans l’air.

 

Libre… au bout d’un fil d’Ariane

 

En deux temps trois mouvements, nous voilà animal volant de 6 m d’envergure grâce à des ailes tout en toile et fibres de carbone. Incroyable ! Par la seule force musculaire, le pouvoir

de l’hélium et quelques lests, l’Aéroplume prend son envol dans le hangar d’Écausseville. Haut de 30 m, long de 150 et large de 40, il permet de belles évolutions. Quand je pense

qu’un siècle plus tôt sont entrés et sortis d’ici d’immenses dirigeables pour des missions militaires au-dessus des mers… Respect !

“La pratique à l’abri du hangar permet de s’affranchir des aléas météorologiques”, expliquait tout à l’heure Jean-Pierre David, l’inventeur de l’Aéroplume. Maintenant que je suis là-haut, je dois bien dire que c’est une inquiétude en moins. Parce qu’en Normandie, quand on voit comment les oiseaux de mer doivent surfer au milieu des vents… Enfin, quand je dis “inquiétude”… On est loin de se triturer l’esprit là-haut, à plus de 20 m du plancher des vaches. On est tout abandonné à l’euphorie de l’expérience.

 

Texte Géraldine Lebourgeois / Photos Stéphane Maurice

Informations pratiques
ADRESSE
Aéroplume

Accès : Écausseville se situe sur la

N13, près de Montebourg (Manche).

06 43 20 83 58
HORAIRES

En juillet et août, tous les jours de 14h à 19h.
Sessions de vol sur rendez-vous au
06 43 20 83 58 ou sur voler@aeroplume.fr

TARIFS

Tarifs en fonction du poids du pilote qui détermine le volume

d’hélium : de 28 € à 38 €.

Enfants à partir de 6 ans (vols en autonomie) ou à partir de 3 ans

(vols en biplace accompagnés)

Entrée au musée / hangar :

Adultes 5 € / Enfants 3 € / Gratuits (-8 ans).