Plages du Débarquement – Une nouvelle étape vers l’inscription à l’Unesco

Posté le : 26-01-2017 - Écrit par : - Dans la catégorie : Non classé
arromanches Normandie plages debarquement

 

Inscrit sur la liste indicative française depuis avril 2014, le projet d’inscription des plages du Débarquement au Patrimoine mondial de l’Unesco avance. Une nouvelle audition décisive est prévue le 27 avril.

C’est un dossier complexe, et long de surcroît. A l’issue incertaine mais aux enjeux de première importance, puisqu’il s’agit, pour la Normandie, de valoriser son territoire mais aussi de porter des valeurs universelles. Envisagé dès 2006, le processus de candidature pour l’inscription des plages du Débarquement au Patrimoine mondial de l’Unesco a réellement débuté en avril 2014. Il s’agissait alors, pour la région Basse-Normandie, de faire inscrire officiellement ce projet sur la liste indicative de la France. Que s’est-il passé depuis ? Une première audition en avril 2015, suivie d’une seconde en avril 2016, ont permis de renforcer l’argumentaire technique du dossier, puis de définir le bien et de proposer un périmètre. Ces étapes franchies, le Comité national des biens français s’est prononcé en faveur de la poursuite du processus.

 

2017 année décisive ?

Désormais, il reste une troisième audition fixée le 27 avril 2017. Elle portera sur la présentation du plan de gestion du bien. Cette phase permet d’envisager l’inscription de manière concrète puisqu’elle concerne la gouvernance du bien, la préservation du paysage et du patrimoine naturel, la conservation et la valorisation du patrimoine. Sans oublier la plan de gestion touristique. Si le Comité national émet un avis favorable, le gouvernement français pourra officiellement déposer le dossier de candidature auprès de l’Unesco en janvier 2018. “Nous sommes raisonnablement optimistes pour une inscription en 2019, année du 75e anniversaire du Débarquement, confie François-Xavier Priollaud, vice-président en charge des affaires européennes et des relations internationales. “Le dossier est bien construit et la Région a la volonté de porter politiquement et financièrement cette candidature devant les membres de l’Unesco.”

 

Une candidature chargée de symboles

La mobilisation suffira-t-elle ? Convaincue de la valeur de son projet, la Normandie n’est pas seule à présenter sa candidature. Elle devra faire face à deux initiatives concurrentes, celle de Verdun pour la guerre 14-18, et celle de la ville de Metz, pour son centre historique. Seulement deux projets sont retenus chaque année. “Notre candidature est très différente par la nature de son patrimoine mais aussi par l’émotion qu’elle véhicule. Inscrire une zone de combat devenue symbole de paix et de liberté doit avoir un sens pour tous ceux qui sont encore un peu européens”, assure François-Xavier Priollaud.

Dans le mouvement de cette candidature, la Région Normandie prévoit aussi de créer un forum mondial de la paix dès 2018.

 

A retenir : A ce jour, la candidature de la Normandie a reçu près de 50 000 soutiens par l’intermédiaire du site “Liberté, j’inscris ton nom”. Vous voulez amplifier ce soutien populaire ? Une seule adresse : www.liberte-normandie.com