Goury a besoin d’un nouveau toit

Posté le : 23-12-2015 - Écrit par : - Dans la catégorie : Non classé
My Normandie La Hague 1

Un appel à souscription mobilise les amoureux de la Hague pour restaurer l’abri de la station SNSM de Goury. Vite, il y a urgence !

La pointe de la Hague, c’est un peu la beauté du diable : un bout du monde où l’on s’abandonne à la contemplation des paysages, mais aussi, au large du cap, l’une des routes maritimes les plus fréquentées, avec 20 % du trafic mondial empruntant le Rail des Casquets et un risque permanent d’accidents, de naufrages ou de dégazages. Pour pimenter le tout, la zone est balayée par les redoutables courants du Raz Blanchard.

Au printemps, pour notre numéro hors-série consacré à la Hague (http://mynormandie.fr/produit/mynormandie-hors-serie/), le photographe Antoine Soubigou nous avait expliqué en quoi les lieux n’ont rien d’anodin, ni pour les plaisanciers ni pour les professionnels de la mer. Pour réaliser son ouvrage consacré à la sécurité maritime, Antoine Soubigou avait embarqué à plusieurs reprises à bord du Mona Rigolet, le canot de la SNSM de Goury qui participe directement aux opérations de sauvetage en mer et à la prévention des pollutions maritimes. Or ce canot et son équipage pourraient bientôt ne plus avoir d’abri. En effet, le bâtiment de la station de sauvetage construit en 1928 est menacé. En 1989, l’arrivée du nouveau bateau avait nécessité d’agrandir le bâtiment. Mais 26 ans après, la toiture, fragilisée par les conditions parfois extrêmes, menace de se morceler. Pour intervenir durablement, il faudra totalement reconstruire la toiture car l’architecte des bâtiments de France impose une réfection en pierres posées sur des voliges. Le coût de la restauration est estimé à 250 000 €.

Votre pierre à l’édifice
Cette restauration est nécessaire et urgente, car lors de l’ouverture des portes pour la sortie du canot, le vent s’engouffre dans l’abri, en particulier par tempête de vent de sud, et soulève la toiture, ce qui fait tomber les chevilles.

A ce jour, la commune d’Auderville a obtenu des subventions (74 000 € de l’Etat, 20 000 € du Conseil départemental, 15 000 € de la députée Gosselin-Fleury au titre de la dotation parlementaire, et 2 000 € de la Région) mais le compte n’y est pas. Il manque encore 116 000 €. La Fondation de Patrimoine vient donc de lancer un appel à souscription pour réunir les fonds nécessaires… Il est à savoir que la Fondation du Patrimoine est reconnue d’utilité publique et, à ce titre, les dons des particuliers et des entreprises sont défiscalisés. Alors, si vous aimez la Hague et si vous voulez porter votre pierre à l’édifice, il vous suffit de vous connecter à l’adresse suivante : www.fondation-patrimoine.org/32665

 

 

My Normandie La Hague 4.jpg

 

My Normandie La Hague 3.jpg

 

My Normandie La Hague 2.jpg