Cherbourg : fort Chavagnac est à vendre

Posté le : 26-09-2016 - Écrit par : - Dans la catégorie : Non classé
cherbourg normandie fort chavagna © mynormandie.fr

La rade de Cherbourg, vendue à la découpe comme un immeuble ordinaire ? C’est ce qui se profile avec l’officialisation d’une nouvelle mise en vente : celle du fort Chavagnac. La Marine nationale cherche acquéreur. Faire offre rapidement.

Napoléon ne connaîtra jamais le repos éternel. Voici une nouvelle occasion de se retourner dans sa tombe pour celui qui avait résolu de “renouveler à Cherbourg, les merveilles de l’Egypte”.  En construisant l’une des plus grandes rades artificielles au monde (lire My Normandie n°12), l’empereur désignait Cherbourg comme l’une des places stratégiques du dispositif militaire du pays. Mais cette suite de forts, de digues et de passes, qui constituait un ensemble unique sur 9 km de long, se morcelle un peu plus. La Marine nationale, incapable de financer son entretien, a décidé de vendre au plus offrant Fort Chavagnac,  situé dans la passe de l’Ouest. Cette annonce a déjà mis en alerte quelques doux (fous ?) rêveurs qui s’imaginent prendre pied sur cette ilot pour devenir seul maître à bord après dieu. Encore faut-il être solvable, prévient France Domaine, chargé de la vente. Mais cela ne suffit pas. La capacité des investisseurs à concrétiser leur projet sera aussi évaluée de près.

 

_DSC0241

 

 

Déjà le fort de Querqueville

Car il existe un précédent fâcheux en la matière. Vendu en 2013 à deux investisseurs pour  50 000 € seulement, le fort de Querqueville, situé à quelques encablures de Chavagnac, a lui aussi changé de main récemment. Pour rien ! L’investissement nécessaire pour y créer un hôtel, des logements et de boxes commerciaux était estimé à 15 millions d’euros. Mais c’est un profond désaccord sur la conduite du projet qui a fait exploser le duo d’acquéreurs. Irréconciliables, le fort est repassé en vente depuis 2015, sans trouver preneur.

Pendant ce temps, à l’autre extrémité de la rade, le fort des Flamands est devenu propriété de la Région à travers Ports normands associés, l’autorité portuaire qui souhaitait augmenter sa surface de terre-pleins pour accueillir le projet EMR. Si le fort n’a pas pour l’heure de fonction bien définie, PNA a décidé de l’intégrer dans sa zone de travail. Mais dans la corbeille se trouvait aussi le fort de l’île pelée. Le plus emblématique, le plus fantasmatique, sans doute aussi le plus encombrant. Situé face à la passe de l’Est, le fort est très endommagé et même dangereux. Le temps joue contre lui et si l’Etat n’a pas su l’entretenir, on voit encore moins la Région le placer au rang de ses priorités.

 

Chavagnac, séduisant malgré tout

Qui pourra s’intéresser à Fort Chavagnac ? Il ne reste que des investisseurs privés susceptibles de se manifester. La ville de Cherbourg-en-Cotentin n’a pas souhaité se porter acquéreur, faute de budget une nouvelle fois. Le prix estimé par France Domaine n’a pas été communiqué. Le fort partira au plus offrant. Mais sachez que le bâtiment, plutôt en bon état, est dépourvu d’électricité et d’eau courante. Toutefois, la vue sur Cherbourg et sa rade est imprenable. Alors Chavagnac se reconvertira-t-il en gite de mer, en résidence secondaire, en boîte de nuit ou en nouvel Alcatraz ? A suivre.