AGENDA
« Retour aux événements

Transports de lumière – Frédéric Benrath

Benrath

Frédéric Benrath (1930-2007), de son vrai nom Philippe Gérard, a, sa vie durant, entretenu des liens étroits avec le Cotentin. Après avoir exposé ses toiles en 1974, le Musée Thomas Henry présente Transports de Lumière, qui s’intéresse à un aspect encore peu étudié de l’œuvre de l’artiste : sa production sur papier, menée de front avec son travail de peintre – encres, gouaches et aquarelles, acryliques sur carton, gravures et livres d’artiste. L’exposition a été réalisée avec l’étroite collaboration de l’association des amis de Frédéric Benrath, qui œuvre depuis 2007 pour la promotion de l’artiste.

  

UNE PEINTURE DE L’INTÉRIORITÉ

De 1959 à 1964, Frédéric Benrath participe au mouvement éphémère du “nuagisme”. Réunis autour du critique d’art Julien Alvard, les nuagistes promeuvent une peinture abstraite et informelle, inspirée des forces de la nature et des éléments premiers. 

L’œuvre de Benrath puise ses sources dans la fascination de l’artiste pour le romantisme littéraire et pictural : Benrath est marqué par les figures de Novalis, de Friedrich Hölderlin, de William Turner et surtout de Caspar-David Friedrich. Un premier voyage en Allemagne le conduit, en 1953, au château de Benrath, qui lui donne son nom d’artiste. le prénom Frédéric est adopté en double hommage à Friedrich Nietzsche et à Caspar-David Friedrich. Passionné par la littérature, par la musique contemporaine, par le cinéma ou encore la philosophie, Benrath a nourri sa pratique de la confrontation avec d’autres disciplines. 

De 1954, date de sa première exposition à paris, à 2007, année de sa disparition, l’œuvre de Frédéric Benrath évolue vers un dépouillement formel de plus en plus prononcé. Parti d’une peinture abstraite expressionniste, faisant la part belle au geste, l’artiste chemine vers la représentation de formes insaisissables. À la fin des années 1990, il élimine peu à peu de son travail tout signe, toute trace de geste, pour en venir à de quasi monochromes où la couleur, subtilement modulée, s’élève et se dissout, dans un espace sans limites. Le spectateur est invité à s’immerger dans de grandes toiles méditatives, vastes champs colorés où la lumière dialogue avec le silence. 

Frédéric Benrath a exposé en France et à l’étranger, dans des galeries, des centres d’art contemporain et des musées. Une grande rétrospective lui a été consacrée au musée de Beaux-arts de Lyon en 2008. Ses œuvres sont entrées dans les collections publiques françaises, au Musée National d’art Moderne, au Fonds National d’Art Contemporain, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, aux musées de Lyon, de Valence, de Grenoble, de Pau, de Montauban, d’Évreux, à l’abbaye de Beaulieu ; à l’étranger, à la Tate Gallery de londres, au Musée d’Art Moderne de Berlin, aux musées de Bruxelles et de Gand. En 2016, l’historien d’art Pierre Wat lui a dédié une monographie, parue aux éditions Hazan.

L’exposition Transports de Lumière s’intéresse à un aspect encore peu étudié de l’œuvre de l’artiste : sa production sur papier, menée de front avec son travail de peintre – encres, gouaches et aquarelles, acryliques sur carton, gravures et livres d’artiste. Cette thématique s’inscrit dans la réflexion menée depuis une dizaine d’années par le musée Thomas Henry autour des œuvres sur papier, en termes de collections permanentes (récolement et mise en ligne du fonds graphique du musée, acquisitions de dessins et de gravures), d’aménagement spatial (création d’un cabinet des estampes, avec quatre expositions par an) et de programmation (Biennales du 9e art).

 

•••••••

Horaires : Le musée est ouvert du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, samedi et dimanche de 13h à 18h. Fermeture les lundis et jours fériés.

Tarifs : Tarif plein : 5 € ; tarif réduit : 3 €. Gratuit pour tous les mercredis.

 

© Les Jardins du vide - 1981 

Evénément :
Transports de lumière – Frédéric Benrath
Début :
16 décembre 2017
Fin :
11 mars 2018
Catégorie :
Organisateur :
Musée Thomas Henry, Le Quasar
Mise à jour :
18 janvier 2018
Lieu :
Musée Thomas Henry, Le Quasar
Adresse :
Cherbourg-en-Cotentin