AGENDA
« Retour aux événements

Scénario fantôme

Cet événement est terminé
3ff19941-7025-4e32-93fc-5b37be84d98b
Au titre éponyme de l’œuvre de Virginie Yassef, l’exposition Scénario fantôme décèle dans ces œuvres récemment entrées dans la collection, une part d’irrationnel. Un sous-texte impalpable qui constitue parfois l’acte de création lui-même mais aussi celui des objets qui codifient à tel point le quotidien que ce dernier en devient une source de poésie, ou encore celui, déconcertant des déterminismes sociaux persistants et confinant à l’absurde.
 

Dans l’entrée du Frac, assimilée à une rue, les œuvres de Virginie Yassef et celles du collectif Guerrilla Girls  s’emparent de l’ordinaire qu’il soit exceptionnel ou l’objet de contestations. Virginie Yassef se concentre sur  des formes et gestes anodins du quotidien qui, en étant simplement cadrés dans l’acte photographique ou bien  filmés de manière furtive, en deviennent extraordinaires.
Avançant masquées telles des héroïnes contemporaines, les Guerrilla Girls n’ont cependant de cesse de  révéler et dénoncer les situations invisibles qui oppriment les femmes en utilisant à contrario les outils de  communication tracts, affiches, slogans et les actions performatives. Artistes elles mêmes, elles ont mis en  place ce type d’interventions dans l’espace public dès 1985 en réaction à une exposition internationale dans  laquelle les artistes femmes étaient sous représentées. 

L’espace urbain normé par la signalétique et la présence foisonnante d’images est détourné dans les œuvres  de Pierre-Olivier Arnaud, Mathieu Mercier et Julien Berthier. Prélevées, photographiées ou même volées, les  formes du réel sont ensuite simplifiées au profit d’arrangements visuels et poétiques, voire politiques. Pierre-Olivier Arnaud crée, à partir d’images collectées, une nouvelle mystique de l’image elle-même dans  une mise en scène distancée et poétique. Mathieu Mercier en photographiant simplement le long d’une rue les  reflets des capots de voitures débusque la présence secrète d’images « non répertoriées ». Julien Berthier lors  d’actions directes dans l’espace public lui-même – prélèvements de fragments et réaménagements – le modifie  subrepticement.
Bruno Botella, Edgardo Navarro et Simon Boudvin explorent également des faces cachées de la représentation.  La sculpture  Janitor  réalisée par Bruno Botella à mains nues avec une argile imprégnée d’un produit  anesthésiant et ses dessins, hypothétiques portraits du créateur ; la série  Home  d’Edgardo Navarro où il rêve de  cultures entremêlées dans des peintures quasi mystiques (forme de tondo et halos de lumière)  convergent vers  l’appel à d’autres cieux tandis que les rebuts d’un monde industriel transformés en vestiges archéologiques de  TECTOEDRES 02 (Saint-Denis)  de Simon Boudvin effleurent un monde extra-terrestre. Enfin, comme une sucrerie au coin d’une rue, la sculpture de Sylvie Auvray qui associe un balai à un personnage  chimérique en céramique, emporte le regard dans un monde irréel et grinçant, clin d’œil à l’univers enchanté  des sorcières.

À l’étage, l’installation  Remote Viewing  de Laura Gozlan crée une atmosphère inquiétante dans laquelle les  images – extraites de films d’auteur et de documentaires scientifiques – viennent se diffracter sur le mur à partir  d’objets et miroirs posés au sol. Transcription de l’expérience de la vision à distance, l’œuvre est conçue tel un  espace mental où sont sollicités autant l’imaginaire que l’expérience extrasensorielle. Tout aussi étrange est  l’œuvre de Simon Boudvin,  OCTAHEDRITE (Campo del Cielo) , météorite ferreuse ramenée au format d’une brique  posée au sol. Ancrée elle aussi dans le champ scientifique, Bettina Samson qui s’appuie sur la découverte de  la radioactivité par le physicien Henri Becquerel en 1896, explore dans la série de photographies  Silver Nuclear  Dust , le potentiel des matières invisibles et inquiétantes à se matérialiser dans une  image. 

L’exposition dévoile les forces qui font l’art et les mouvements subreptices et constants des artistes pour saisir le monde contemporain.

 
Simon BOUDVIN, TECTOEDRES 02 (Saint-Denis) (détail), 2012 - Collection Frac Normandie Caen © DR

 

Evénément :
Scénario fantôme
Début :
11 mars 2017
Fin :
21 mai 2017
Prix :
O
Catégorie :
Organisateur :
Frac
Mise à jour :
6 mars 2017
Lieu :
Frac Normandie
Adresse :
Caen