AGENDA
« Retour aux événements

Les degrés du silence, peintures d’Anna Mark

Cet événement est terminé
Anna Mark

Anna Mark est née à Budapest en 1928. Elle étudie de 1946 à 1950 à l’École des Beaux-Arts de la capitale hongroise où elle devient décoratrice de théâtre jusqu’en 1955. Elle quitte son pays natal en 1956 et séjourne trois ans à Sarrebrück, en Allemagne, avant de s’installer à Paris où elle vit depuis lors. 

Dans ses Reliefs de poudre de marbre, Anna Mark a choisi un langage sculptural. Elle n’a cessé d’être peintre mais elle a posé les pinceaux. Avec un couteau, une petite truelle, l’artiste dessine avec la matière et l’ombre de la matière non pour faire surgir des corps, ni même, semble-t-il, pour évoquer des paysages, mais pour bâtir des lieux ouverts à la lumière et à la pensée du temps. Des murs et des portes, des pavements et des seuils. 

Son art repose sur une grande économie de moyens : une monochromie en noir ou en blanc, des variations d’épaisseur, de grain. La presque nudité du blanc crée déjà l’espace. Les Reliefs captent les déclinaisons de la lumière. Le jour y inscrit le temps : Anna Mark pourrait le traduire comme si elle levait les yeux vers un cadran solaire. L’absence de gestualité expressive, la géométrie des lignes confèrent à ces oeuvres un statisme impersonnel et l’apparence d’un calme aussi durable que la pierre…Pourtant la discontinuité des grains et, simultanément, de subtils décalages nous font regarder vides et intervalles au même titre que des motifs. Le déplacement des ombres anime les surfaces. Les seuils appartiennent à la fois au dedans et au dehors : les espaces sont solidaires. Si nous devinons leur ordre construit, ce dernier n’est pas « constructiviste » et il nous entraîne vers une simplicité plus archaïque qu’on pourrait nommer « les degrés du silence ». 

Avec douceur, les Reliefs d’Anna Mark portent l’énigme des commencements, à la fois les jeux des enfants qui sculptent dans le sable (des ponts, des maisons, des passages) et la résistance du passé comme la pensée de son enfouissement. 

Dessins à la plume (pratiqués comme une sorte de journal), Gravures à l’aquatinte et à l’eau-forte, Gouaches (noires, ocre et couleurs de terre, rouges), les oeuvres sur papier d’Anna Mark montrent l’étendue de son registre dans la permanence d’une préoccupation architecturale. Depuis 2012, les Gouaches d’Anna Mark sont rouges. Elle les nomma d’abord Rouges de Pompéi : ce titre condense la couleur des pigments naturels et le temps enseveli dans une ville emblématique de la Peinture. Le flux du Rouge n’a pas tari depuis. Les touches de plus en plus visibles (et leurs ajours) vivifient nos émotions. On peut dire ainsi que la « langue du Rouge » conjugue l’unité de l’antique et du futur – la profondeur des ruines et l’exaltation de la couleur qui les glorifie. Ainsi que le démontre l’exposition du musée d’Évreux, l’oeuvre d’Anna Mark relie notre passé sans âge à une modernité de la couleur. 

Evénément :
Les degrés du silence, peintures d’Anna Mark
Début :
19 mai 2018
Fin :
21 octobre 2018
Catégorie :
Organisateur :
Musée d’Art, Histoire et Archéologie
Mise à jour :
28 juin 2018
Lieu :
Musée d'Art, Histoire et Archéologie
Adresse :
Lisieux