AGENDA
« Retour aux événements

Évreux année zéro, reconstruire une ville meurtrie

Cet événement est terminé
Evreux

Comme bien d’autres villes de Normandie et du nord de la France, Évreux fut sévèrement touchée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Ils eurent lieu les 9 et 10 juin 1940, lors de l’attaque allemande, puis à l’été 1944 par les forces de libération américaines. Ayant fait au total cinq cents morts, ces bombardements ont frappé le centre-ville dont huit cents édifices furent détruits, soit un quart des habitations. Dans le même temps, quelques haut-lieux du patrimoine se trouvèrent épargnés : tour de l’Horloge, cathédrale, palais épiscopal et l’Hôtel de Ville ont été préservés des destructions, comme l’église Saint-Taurin. Le rempart gallo-romain était pour sa part exhumé par les bombes.
« Évreux, année zéro » est l’aboutissement d’une campagne de collecte de témoignages auprès de la population d’Évreux. Nous avons suivi les chemins de la mémoire et de l’imaginaire de personnes, toutes très jeunes durant la Seconde Guerre. Nous avons fait moisson d’impressions, d’anecdotes, de souvenirs d’autant plus singuliers que passés au filtre d’une vie déroulée depuis lors. Une parole unique, fragile et précieuse : celle de femmes et d’hommes victimes du profond traumatisme de la table rase, devenus ensuite acteurs du relèvement de leur ville.
L’exposition couvre une période qui s’étend de 1939 à 1966, et aborde de nombreuses thématiques : destruction, vie quotidienne sous l’Occupation, Résistance, Libération, Reconstruction, urbanisme et architecture moderne, présence américaine, photographie et archéologie du contemporain.
Au sein du parcours de l’exposition, la parole des témoins cohabite avec des objets emportés durant l’exode, avec d’autres retirés des décombres de 40 et de 44 et précieusement gardés depuis lors, avec des photographies familiales, avec la documentation produite par le ministère de la Reconstruction montrant jour après jour les immeubles émergeant des champs de ruines, avec les belles images de Bernard Curé, photographe local, valorisant une architecture nouvelle.

Des objets en provenance de l’ex-base militaire américaine, ainsi que du mobilier design des 50’s, incarnent l’avènement d’une société nouvelle. Et puis figurent aussi des oeuvres d’art, Otage de Jean Fautrier et T. 1963. U. 18 de Hans Hartung, témoignant des chemins de l’abstraction pris après-guerre par une « grande peinture» qui n’avait d’autre choix que de se réinventer, de repartir à zéro. Le tout orchestré par un artiste plasticien et poète, Samuel Buckman, auteur d’oeuvres inédites spécialement créées pour l’exposition, ainsi que de sa mise en scène…

 

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 18h
Fermé le lundi et les 25 décembre et 1er janvier.

Evénément :
Évreux année zéro, reconstruire une ville meurtrie
Début :
10 décembre 2016
Fin :
23 avril 2017
Prix :
Entrée libre et gratuite
Catégorie :
Organisateur :
Musée d’Art, Histoire et Archéologie
Mise à jour :
6 mars 2017
Lieu :
Musée d’Art, Histoire et Archéologie
Adresse :
Évreux